Le végétarisme et la souffrance animale

En étant devenu végétarien, je pensais avoir la conscience tranquille et que ce que je faisais était devenu bien assez pour le bien-être animale et leur exploitation, mais le végétarisme ne touche en réalité que l’écologie. Le végétarisme lutte contre une infime partie de l’exploitation animale : les élevages intensifs d’animaux qui servent à finir dans nos assiettes. C’est en discutant sur des forums et en cherchant des informations pour mes articles que je me suis rendu compte de l’horreur qui suit…

Pour faire des oeufs, il faut une poule pondeuse qu’on bourre de médocs et autres crasses pour qu’elle soit encore plus productive. Une fois la productivité diminuée, on en fait quoi? Elle est changée et tuée pour s’en débarasser, parfois même tous les ans! Il en est de même pour les poussins mâles à la naissance, ils ne peuvent pas pondre et du coup, on s’en débarasse en les tuant ou alors ils sont destinés à l’élevage intensif et finissent dans les rayons des supermarchés.

Parlons des produits laitiers : pour les réaliser nous avons donc besoin de lait et pour l’obtenir, la vache est inséminée artificiellement et ce régulièrement. Une fois qu’elle n’est plus « rentable », c’est-à-dire après environ 3 à 5 ans, elle est envoyée à l’abattoir pour finir en steak ou haché. Quant a ses enfants, les femelles sont conservées pour servir de vache laitière à leur tour et le veau est tué pour servir de morceaux de viande et on y récupère la présure, présente dans une partie de son intestin, pour faire du fromage. Oui et pourtant, à ce jour c’est une des rares choses dont je ne peux pas encore me passer et pour lequel j’ai du mal à trouver des alternatives qui sont dans mes moyens. Mais je t’avoue qu’en écrivant cet article, j’ai bien évidemment fait quelques recherches et découvert certaines vérités et autres qui font que je suis assez bien dégouté. Et à vrai dire, c’est le seul point qui me fait dire que je ne suis pas (encore) végétalien.

CnLX67eWYAAPAHl

Pour ce qui est du miel, ça fait déjà un petit temps que je l’ai remplacé par du sirop d’agave, sirop d’érable ou encore sucre de coco. Ce dernier étant excellent dans un thé.

Mais je prends le défi de tester plusieurs « faumages » et je te dis à très vite pour les résultats du test. Pour conclure, jettons un coup d’oeil à l’espérance de vie que nous avons décidé pour les animaux nous servant de nouriture (en jaune, versus l’espérance de vie naturelle en noir).

CnGf1FxW8AAB2ja

Est-ce normal qu’on décide ainsi du moment où un être vivant doit mourir ?

Crédit photo principale : goredforwomen.org

More about Fred

Jeune blogueur belge qui partage sa vie, ses tests de produits cosmétiques, ses recettes favorites, ses voyages, mais surtout ce qu'il aime.

1 Comment

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *